• Chapitre 24

    Une fois rentré, Tom aida Madison à préparer le dîner. Puis, ils passèrent à manger.

    La jeune femme essayait de ne rien montrer à Laurie et aux jumeaux. Elle voulait les protéger.

    Après le dessert, Tom leur proposa de faire une partie de jeux vidéo tous ensemble. Il voulait que tout le monde s’amuse et faire oublier pendant quelques instants la réalité à sa meilleure amie.

    C’est ainsi qu’ils commencèrent une partie de Just dance. Chacun a leur tour, il devait effectue la même chorégraphie qu’à l’écran pour comptabiliser un maximum de point.

    Le gagnant était celui qui avait le plus de point. Hugo ouvrit le bal et se lança. Puis, ce fut à son frère. A la fin de sa prestation, la sonnette signala l’arrivée d’un invité.

    Madison alla voir pendant que Laurie débuta son tour. Elle jeta un coup d’œil dans le « judas » afin de vérifier de qui il s’agissait. Elle se montrait prudente à présent. Sans surprise, elle vit son petit ami et sourit.

    - Bonsoir Monsieur Canon. Lui dit-elle, en l’embrassant tendrement.

    - Bonsoir bébé. Tu me manques alors j’ai décidé de faire une surprise et me voici. Répondit-il d’une voix douce.

    - Tu me manquais aussi et je suis ravie que cette visite improvisée. Viens, Tom est là et nous jouons ensemble. Tu ne vas pas y couper je pense. Répliqua-t-elle.

    - Oh j’ai hâte de montrer mes autres talents. Affirma James avec un air amusé.

    Les joues de Madison s’empourprèrent en comprenant le sous-entendu. Il entra et enleva sa veste. Il suivit la jeune femme jusqu’au salon où il comprit ce qu’il faisait. Il dit bonsoir à Tom, à Laurie et les jumeaux lui sautèrent au cou.

    - Allez, c’est à toi Madie !! Lança Hugo.

    - Alors en piste !! S’exclama sa sœur avec en train.

    L’air de « Foller me » de J.lo débuta et elle décida de se laisser aller. Elle suivit la chorégraphie et s’éclata. James était installé sur le canapé et les jumeaux avaient pris place de chaque côté.

    Ces derniers encouragèrent leur sœur. James l’observait et était impressionné par sa manière de bouger.

    Elle m’avait caché qu’elle savait danser. Sans rien faire, j’ai une vue imprenable sur ses jolies et magnifiques fesses. Hum hum, elle ne se rend pas compte de l’effet qu’elle est en train de me faire. Eh voilà, à peine je la regarde qu’une érection se pointe. J’ai envie de la prendre dans mes bras et de l’embrasser à pleine bouche. Jamais personne n’avait fait ressenti cela. J’espère que personne ne remarquera rien. Pensa James.

    A la fin de la chanson, Madison se retourna et fit une révérence sous les applaudissements de son public. Elle était essoufflée et jeta un regard à James. Il était en train de la dévorer des yeux, ce qui l’excita et elle rougit.

    Putain mais il ne se rend pas compte de sa manière de me regarder !! On dirait qu’il va manger et waouh…, j’adore ça. Eh voilà, mon cœur bat à la chamade et ma petite culotte est déjà toute mouillée. Ce n’est pas possible l’effet qu’il a sur moi. Il n’a même pas besoin de me toucher que je suis déjà trempée. Je n’ose même pas imaginer la suite. Ça ne manque pas, mes joues chauffent. Heureusement, les autres vont penser que c’est à cause de ma danse. Se dit-elle, envahit par le désir.

    Ils se regardèrent et pendant quelques secondes, ils étaient seuls. Chacun voyait bien l’envie et le désir dans les yeux de l’autre. James comprit l’état d’excitation dans lequel était sa petite amie et elle vit la bosse qui déformait son pantalon.

    Je lui fais autant d’effet que ça !! Je n’y crois pas. On ne s’est même pas touché. S’ecria-t-elle, ravie.

    - C’est à Tom maintenant !! Déclara Hugo.

    Madison reprit ses esprits et prit la place de son meilleur ami. La partie continua et James prit part au jeu également. Madison put à son tour le détailler des yeux et il savait bien y faire, il fallait bien l’avouer.

    Il danse comme un dieu punaise !! Il est parfait dans tout ce qu’il fait. Il n’a aucun défaut !! S’exclama-t-elle, en le voyant bouger.

    Après ces instants, les jumeaux allèrent se coucher. Tom leur dit au revoir et s’en alla. Laurie partit dans sa chambre tandis que sa sœur et James lurent une histoire aux deux garçons. Ces derniers s’endormirent rapidement.

    Une fois seul au salon, ils prirent place sur le canapé. L’esprit de la jeune femme fut envahi à nouveau d’angoisse et de question. James la prit dans ses bras et la berça. Il n’avait pas besoin de lui demander, il savait qu’elle n’allait pas bien.

    Dix minutes plus tard, il remarqua qu’elle dormait, il la souleva et la prit dans ses bras. Il m’emmena dans sa chambre.

    Il n’y jamais encore jamais mis les pieds. Celle-ci était une belle pièce. Un lit deux places prenait place à gauche de la porte avec de chaque côté une table de chevet.

    Un peu décalé sur lit, en face, il y avait une commode blanche où une télévision de petite taille était installée. Sur le mur du fond, une grande armoire prenait tout le mur.

    La décoration était féminine mais sans que soit trop prononcé, plusieurs cardes photos ornaient les murs.

    James ouvrit le lit d’une de ses mains et y déposa son précieux fardeau. Il se permit d’ouvrir quelques tiroirs. Il tomba sur celui des sous-vêtements et ce qu’il y vit le ravi. Il le referma aussitôt.

    Ce n’est pas le moment de penser à ça !! Se dit-il.

    Il trouva celui qu’il cherchait. Une fois la nuisette simple en main, il déshabilla la jeune femme. James ne se permit aucun geste déplacé ni aucune caresse.

    Il savait que le retour de ce pourri la tourmentait. Le fait d’avoir joué tous ensemble lui avait permis d’oublier un moment l’angoisse et l’inquiétude qu’elle devait ressentir depuis qu’elle savait qu’il était proche d’elle.

    Mais, toutes ces émotions étaient réapparues bien assez vite. Il lui laissa son shorty et lui mit la nuisette. James rabattit les couvertures sur elle. Il allait partir quand une main s’agrippa à son bras.

    - Reste. Lui murmura-t-elle.

    - Si tu le souhaites, j’arrive tout de suite. Lui répondit-il.

    Il se rendit au rez-de-chaussée et vérifia que tout était fermé. Puis, il jeta un coup d’œil dans la chambre des jumeaux et de Laurie. Tout le monde dormait à point fermé. Il retourna auprès de Madison. 

    Il enleva ses vêtements et laissa son boxer. Il mit l’alarme de son téléphone pour ne pas qu’il soit en retard. Puis, il s’allongea à côté de Madison. Celle-ci vint se blottir contre lui. Il ouvrit ses bras et elle mit sa tête son torse.

    - Bonne nuit bébé. Lui dit-il doucement, en l’enlaçant.

    Il se sentait si bien avec la femme de sa vie dans ses bras. Pour lui, c’était évident qu’il voulait passer le reste de son existence à ses côtés. Il n’avait pas osé lui en parler.

    Il ne voulait pas qu’elle prenne peur. Il était le premier homme avec qui elle sortait et les relations de couple étaient un domaine inconnu pour elle. Il fallait y aller en douceur avant de lui avouer ses sentiments, surtout depuis qu’il connaissait son passé.

    D’ailleurs, il s’inquiétait de sa réaction lorsqu’elle l’apprendrait mais il n’avait pas eu le choix. Puis, il s’endormit, heureux, en tenant dans ses bras l’amour de sa vie.

    Quelques heures plus tard, James fut réveillé par des cris et des coups. En alerte, il ouvrit les yeux et comprit que sa moitié faisait un cauchemar.

    - Non !!!! Lâche-moi !!! Laisse-moi tranquille !!! AAAHHHH !!! Hurla-t-elle, en se débattant.

    Il savait exactement quel était le cauchemar qui la hantait. Il s’approcha d’elle tout en lui murmurant des mots d’amour et d’apaisement. Madison se réveilla en sueur et fut terrifiée.

    Sa respiratoire était saccadée et la peur avait l’envahi. Elle ne comprit pas pourquoi James se trouvait à ses côtés mais cela la rassura.

    - N’aie pas peur. Tu t’ais endormie dans mes bras hier soir et je t’ai mis au lit. Je voulais partir mais tu voulais que je reste. Tu ne crains rien, tu es en sécurité avec moi. Personne ne te fera du mal. Je te le promets. Affirma-t-il, en la berçant pour la calmer.

    Elle ne dit rien et le remercia intérieurement de ne pas lui poser de question. A nouveau dans ses bras, elle se rendormit, tout comme James.

    Une petite musique au piano s’éleva dans l’air signala à James qu’il était l’heure de se lever. Il l’éteignant et il sentit le corps de la jeune femme bougeait contre lui. Celle-ci ouvrit les yeux et fut surpris de le découvrir à ses côtés.

    - Bonjour mon amour. Rassure-toi, nous n’avons fait que dormir, rien de plus. Je te le promets. Lui dit-il d’une voix douce et calme.

    - Bonjour à toi aussi. Lui répondit-elle.

    Elle se rappela alors de la veille. Elle n’était pas effrayée qu’ils aient dormi ensemble. Elle n’avait pas peur de James. Elle savait qu’il la respectait et qu’il ne ferait rien contre sa volonté.

    Son cauchemar lui revient en mémoire. Elle se demanda ce que pensait James. Elle avait été contente qu’il soit là à ses côtés pour la calmer. Le fait de savoir ce salaud dans les parages, les horribles souvenirs de cette nuit-là revenait la hanter à nouveau. James lut dans ses yeux qu’elle avait peur de lui parler de son cauchemar.

    - Si tu ne veux pas m’en parler, tu n’es pas obligé. Sache que lorsque tu te sentiras prête, je serais là pour t’écouter. Annonça-t-il pour apaiser ses angoisses.

    -Merci. Lui répondit-elle simplement. 

    Elle adorait cette sensation que quelqu’un soit là pour l’épauler et la soutenir. Se réveiller aux côtés de James lui plaisait énormément. Jamais elle n’avait dormi avec quelqu’un sauf avec Tom.

    Mais, elle le considérait comme un frère. De ce fait, cela ne comptait à ses yeux comme cela pouvait l’être avec James. Elle se sentait bien à ses côtés. Jamais elle n’aurait pensé cela quelques semaines auparavant.

    - C’est toi qui m’as déshabillé ? Lui demanda-t-elle soudain, en voyant ce qu’elle portait.

    - Oui c’est bien moi. Ne t’en fais pas, je n’ai rien fait qui puisse compromettre ta vertu si c’est cela qui t’inquiète. Je ne voulais pas que tu dormes en jean. Alors, je ne suis permis de fouiller dans tes tiroirs et de te passer cette nuisette. Jamais je ne profiterais d’une femme de cette manière. Lorsque nous ferons l’amour, tu seras pleinement consentante et consciente de ce que nous ferons. Je veux voir le plaisir que tu auras lorsque je te pénétrerais pour la première fois. C’est parce que tu te sentiras prête et que tu le voudras que nous le ferons et pas avant, même si cela dure plusieurs mois. Assura James avec conviction.

    Madison rougit de plus en plus en entendant ces paroles. Elle le trouvait formidable, il était patient et comprenait parfaitement ses peurs. Il s’adaptait à son rythme sans la brusquer ou lui mettre une quelconque pression.

    Le corps de James ne put s’empêcher de réagir en la voyant si belle. Madison sentit une bosse contre ses jambes et comprit ce qu’il en était.

    - Je suis désolée mais je ne peux pas contrôler mon corps. Te tenir dans mes bras est un supplice et je ne suis qu’un homme. Expliqua James pour ne pas que sa chère et tendre prenne peur.

    - Je…comprends. Ne…t’en fais pas. Tu es patient…avec moi, je n’ai pas...peur. Bafouilla Madison, gênée.

    James éclata de rire en la voyant. Puis, il lui fit un bisou sur le bout du nez et se leva.

    - Il faut y aller sinon nous allons être tous en retard. Je ne crois pas que la directrice de l’école le prenne bien. Affirma-t-il en se levant.

    - Oui tu as raison. Répondit-elle, en faisant la même chose.

    - Je peux aller prendre une douche ? Demanda James.

    - Oui bien sûr. Tu trouveras tout ce qu’il te faudra dans les placards de la salle de bain. Par contre, je n’ai…malheureusement pas de vêtement de recharge à te prêter. Dit-elle.

    - Ce n’est pas grave. Assura-t-il, en sortant de la chambre.

    Madison se changea rapidement, elle ne pouvait pas descendre en nuisette.

    Puis, elle alla préparer le petit déjeuner et ouvrit les volets. Les jumeaux et Laurie la rejoignirent quelques minutes plus tard. Tout le monde se servit et c’est Hugo qui ouvrit le bal des interrogations.

    - J’ai entendu quelqu’un dans la salle de bain. C’est qui ?

    - Eh bien, hier, James…est resté…dormir à la maison. Bredouilla Madison.

    - Pourquoi ? Ajouta son frère, intrigué.

    - Madison et James sont amoureux. Et les amoureux dorment ensemble dans le même lit. Répliqua Laurie, en faisant un clin d’œil à son aînée.

    Cette dernière remercia sa sœur d’un sourire pour son aide. James arriva à ce moment et sentit qu’on parlait de lui.

    - C’est vrai que tu dors dans le lit de Madison ? Le questionna Théo, curieux.

    James fut surpris de cette interrogation, bien qu’il fallût s’y attendre. Cela n’allait pas passer inaperçu qu’il avait passé la nuit ici.

    - Oui c’est exact. Lorsque deux grandes personnes sont amoureuses, c’est normal qu’ils se fassent des bisous et qu’ils dorment ensemble. Attesta James.

    - Tu vas vivre ici maintenant ? Poursuivit son frère.

    - Non en tous cas pas tout de suite. C’est nouveau pour tout le monde donc je ne vais pas m’installer avec vous aujourd’hui. Je pourrais être ici quelques nuits mais j’ai une maison à moi. Lorsque nous déciderons de vivre tous ensemble, nous en parlerons. Tout le monde pourra donner son avis. Affirma James calmement en essayant de trouver les mots justes pour que les deux garçons de cinq ans comprennent la situation.

    Ils acquiescèrent en signe de réponse. Madison le trouva formidable, il avait répondu naturellement en expliquant la vérité de façon claire et accessible à ses frères.

    - Avez- vous encore des questions ? Demanda Madison.

    - Non. Répondirent les jumeaux en chœur.

    - Sachez qu’il ne faut pas hésiter à nous dire ce qui vous trotte dans la tête. James et moi voulons que tout le monde se sente bien. Annonça-t-elle.

    Puis, ils continuèrent de prendre leur petit déjeuner en discutant de sujet plus léger.

     

    Chapitre 23                                                                          Chapitre 25


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :