• Chapitre 23

    Le lendemain, tout le monde était à l’heure. Madison avait des cours de travaux pratiques jusqu’au démarre du stage qui commençait dans trois semaines.

    En petit groupe, ils mettaient en pratique les enseignements théoriques qu’on leur avait appris. Au déjeuner, elle retrouva Tom à leur restaurant habituel. Après avoir commandé, ils purent discuter tranquillement.

    - Alors tu as des infos ? Demanda Madison, rongée par l’angoisse.

    Tom travaillait dans une entreprise d’import-export mais il avait des relations, à qui il pouvait demander de l’aide.

    - Oui et elles ne sont pas bonnes, je le crains. Répondit-il avec honnêteté.

    - Vas-y annonce la couleur. Questionna sa meilleure amie, inquiète.

    - Ce connard s’est acheté une conduite. Il travaille dans un restaurant en tant que gérant. Selon ce qu’à pu apprendre mon ami, il fait du bon boulot et il est apprécié par ses employeurs et par son patron, le proprio. Il n’a pas de relation stable et son compte en banque présente des irrégularités. L’officiel semble être équilibré mais il en a caché et par contre, il semblait qu’il soit tout le temps à découvert. Il pourrait être impliqué dans des trafics mais je n’ai pas plus d’informations à ce sujet. Le plus grande mauvaise nouvelle c’est qu’il eut un rendez-vous la semaine dernière avec le juge des affaires familiales. Cela laissait supposer qu’il va bientôt demander la garde des jumeaux. Expliqua Tom, en exposant les informations recueillis.

    Au fur et à mesure ce qu’elle apprenait, le visage de Madison pâlit. Elle n’arrivait pas à y croire bien qu’elle savait qu’il était toujours vivant et qu’un jour, il risquerait de revenir.

    - C’est…pas…possible !!! Murmura-t-elle.

    - Je nous ai pris rendez-vous chez un cabinet d’avocat réputé pour avoir des conseils, aujourd’hui en fin d’après-midi. J’ai déjà vu avec Laurie, elle va récupérer Théo et Hugo et elle s’en occupera jusqu’à notre retour. Ajouta Tom.

    - Merci Tom. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Répliqua Madison, ému.

    - Ne t’en fais pas, on se battra jusqu’au bout et jamais je te laisserais tomber. Affirma-t-il avec force.

    Leurs commandes arrivèrent mais la jeune femme n’avait plus aucun appétit. Elle se contenta de picorer dans son assiette. Tom tenta de la rassurer mais ce n’était pas gagné.

    Après le déjeuner, Madison alla travailler. Elle avait l’impression d’être un robot et n’arrivait à pas reprendre du poil de la bête. Le savoir de retour et prêt à lui prendre ses frères l’avait anéanti.

    Cela faisait rejaillir d’horribles souvenirs auxquelles elle n’avait plus pensé depuis quelques années. Cela risquait de mettre en péril sa relation avec James, elle avait conscience. Comment réagirait-il en apprenant son passé ? Elle avait peur qu’il la rejette et elle ne pourrait pas le supporter.

    Daryl arriva au bureau de son ami. Il l’avait appelé afin de savoir s’il pouvait venir le voir. James avait compris qu’il avait trouvé des éléments sur la menace qui pesait sur sa petite amie.

    Aussitôt, il avait fait de la place dans son planning. Pour lui, cela relevait de l’urgence. Il avait demandé à Steven de déplacer une réunion.

    - Alors dis-moi ? Demanda impatiemment James, une fois que son ami fut installé en face de lui.

    - Cela ne va pas te plaire. Répondit Daryl avec sérieux.

    Oh putain !! Qu’est-ce que c’est ?? Du calme James. Ecoute ce qu’il a dire et tu aviseras après. Se dit-il.

    - Comme tu la soupçonnais, le père des jumeaux, Travis Jordan a un grand nombre de raison de s’en prendre à Mlle Evans. Leur mère l’a rencontré il y a environ six ans et sont restés six mois ensemble. Selon mes informations, elle serait tombée enceinte par accident, trois mois après leur rencontre. Mais, à environ trois mois de grossesse, elle l’a mis à la porte. Ils sortaient ensemble et il n’y a pas eu ni de pacs ni de mariage. J’ai alors creusé et là… Informa le détective, qui s’arrêta.

    James comprit que c’est à partir de là qu’il n’allait pas aimer.

    Il a osé toucher à Madison ??? S’écria-t-il.

    - Tu es sûr que tu ne veux pas demander le reste à ta petite amie ? Demanda son ami.

    - Non, je sais qu’elle ne dira rien. Je veux savoir, je dois la protéger. Il s’en est pris à Madison ce salaud ? Affirma James, ses yeux devinrent noir de colère.

    - Bien, comme tu voudras. Mme Evans et Madison ont porté plainte le lendemain, où Mr Travis a été prié de quitté les lieux, pour attouchements sexuels sur mineur. Madison avait quinze ans à l’époque. Annonça Daryl.

    James n’en revenait pas de cette révélation. Il avait porté ses sales pattes sur la femme de sa vie.

    - J’ai pu me procurer une copie de la plainte. Selon les dires de Madison, elle était toujours mal à l’aise en sa présence. Elle avait senti certains regards dérangeants, des propos déplacés mais aucun geste inapproprié. Un soir, sa mère a dû retourner au bureau signer un dossier et sa sœur était chez une amie, c’est là qu’il la plaquer contre un mur et l’aurait touché sans sa permission. Raconta Daryl.

    - Putain !!! Hurla James, en levant.

    Il prit ce qui lui tomba sous la main, une tasse de café, et la lança contre le mur. Il était fou de rage que Madison ait pu subir cela. Il n’avait pas été là pour la protéger de ce pervers.

    - Qu’est ce qui lui a fait exactement ? Cracha James, très en colère.

    - Je ne pense pas que tu ais besoin de le savoir. Répliqua son ami, pour le protéger.

    - Si je veux savoir !! Dites- le-moi !! Cria-t-il avec violence.

    Il n’arrivait plus à se contrôler. Il voulait savoir car il allait rendre à ce salaud chacun des horribles gestes qu’il avait faits à Madison.

    - Il ne la pas violer à proprement parler si c’est ce à quoi tu penses. Cependant, il lui a touché la poitrine, l’a embrassé de force et l’a pénétré avec un doigt. Madison s’est défendue de toutes ses forces, elle s’est précipitée vers sa chambre. Ils se sont battus et il l’a frappé au visage et au ventre. Madison a réussi à lui échapper et à s’enfermer dans sa chambre à clé. Elle a appelé la police qui est vite intervenue. Sa mère est alors arrivée et a découvert qui ce qui venait de se passer. Mr Travis s’est enfuit, il a été retrouvé et condamné à deux ans de prison ferme, c’est la peine maximum pour ce crime. Mme Evans s’en est bien assurée. Elle n’a pas pu plaider l’affaire puisqu’elle était personnellement impliquée. Cependant, un collègue d’un autre cabinet s’en est chargé. Par ailleurs, il y a une injonction du tribunal qui lui interdit d’approcher à moins de deux mètres de Madison et Laurie. D’après ce que je sais, l’adolescente ne sait rien de ce qui s’est passé. Détailla le détective.

    - Quel monstre !!! Un pourri de première, je vais lui faire passer l’envie de recommencer !! Lâcha James, horrifié par ce qu’il venait d’apprendre.

    - Je suis bien d’accord avec toi et ce n’est pas fini. Mme Evans a inscrit père inconnu sur le certificat de naissance des jumeaux. Cependant, Mr Travis a effectué les démarches pour les reconnaître. Il est donc officiellement et légalement le père des jumeaux. Mme Evans n’a pu rien faire pour cela. Ajouta son ami.

    - Tu es en train de me dire qu’il peut, s’il le veut, demander la garde des deux garçons ? Questionna James, interloqué par cela.

    - Exactement. J’ai contacté un ami avocat qui me l’a confirmé. Je ne sais pas dans quel but il les a reconnus. Il n’est pas du genre à vouloir les élever. Répliqua son interlocuteur.

    - Sûrement pour avoir encore une emprise sur Mme Evans et Madison. Affirma James.

    - Il a rencontré le juge la semaine dernière, dans le but de demander leur garde j’imagine. Continua Daryl.

    - C’est pas possible bordel !! Il ne va pas la lâcher. Mais, elle n’est plus seule à présent. Il va voir à qui il se frotte. Déclara James.

    - J’ai enquête sur ses comptes bancaires. Il a deux comptes, un bien équilibré et l’autre officieux et qui semble à découvert tout le temps. Il semble être très joueur au casino. Il leur doit une somme assez considérable. Continua Daryl.

    - Salopard !!! Il veut utiliser les jumeaux pour que Madison lui donne de l’argent. Je vois clair dans son jeu mais ça ne se passera pas comme ça. J’ai besoin que tu me fournisses des documents obtenus légalement qui attestent de ces dettes. Affirma James, qui échafaudait déjà un plan pour contrecarrer celui de son ennemi.

    - Je m’en charge, tu les auras d’ici la fin de la semaine. Je voulais également te parler d’un autre sujet. Tu risques de m’en vouloir mais il fallait. Dit Daryl.

    - Qu’as-tu fais ? Demanda James, inquiet.

    - Je connais ton passé et il fallait que je m’assure que Madison est honnête. Je ne veux pas d’une nouvelle Sophie. Sache que je l’ai fait pour ton bien, je m’inquiétais pour toi. J’ai mené une petite enquête discrète. C’est une étudiante modèle et sérieuse, ses professeurs n’en disent que du bien, tout comme la propriétaire de la librairie où elle travaille. Ses comptes bancaires sont parfaits, c’est une très bonne gestionnaire. Sa mère leur a légué la maison, qui est au nom des quatre enfants. Elle ne peut être vendue tant que les jumeaux n’ont pas dix-huit ans. Chacun des enfants a un livret d’épargne bien fourni pour financier leurs études. Elle semble irréprochable. Expliqua le détective.

    - Effectivement, tu n’aurais pu dû. Je sais qu’elle n’a rien avoir avec Sophie. Mais, si cela a pu te rassurer, soit. Maintenant, tu as l’esprit tranquille. Dit James.

    - Oui, tu es tombée sur une perle. Je suis là si tu as encore besoin. Conclua Daryl.

    - Je l’avais découvert tout seul. Merci pour tout. Envoie-moi l’adresse de ce salaud. Je veux l’avoir à l’œil. Ajouta James.

    - Ne fais rien que tu pourrais regretter. Annonça son ami.

    Ils se serrèrent la main et le détective repartit. Une heure plus tard, il reçut l’adresse par sms et contacta son père afin d’obtenir les coordonnées d’une agence de sécurité.

    Une fois le contact de son père obtenu, il les appela. Il engagea deux agents, l’un pour surveille les déplacements du père des jumeaux et que l’autre pour protéger Madison. Il ne voulait que rien ne puisse lui arriver. Leurs missions commenceraient le lendemain matin. James effectua un premier virement à l’agence.

    En fin d’après-midi, Madison retrouva Tom dans un cabinet d’avocat réputé. Maître Richard les reçut dans son bureau.

    - Mr Drayson m’a donné les premières informations. Vous pouvez me dire plus ? Lui demanda l’avocat.

    - Je voudrais savoir quels sont les recours possibles afin de montrer au juge que Mr…Travis n’est pas en mesure d’élever ses enfants ? Même s’il les a reconnus, il ne les a jamais vu, ni parlé. Il n’a jamais pris de leurs nouvelles ou subvenu à leurs besoins tant sur le plan matériel, financier qu’affectif. De plus, il a effectué deux ans de prison ferme pour…attouchement sur mineur. Comment un juge pourrait accepter de confier des enfants de cinq ans à ce genre d’individu ? Expliqua Madison très affectée.

    Tom lui passa ses bras autour de ses épaules pour lui montrer qu’il était là et pour la rassurer.

    - Effectivement, il n’a pas un dossier exemplaire. Cependant, le juge évalue la situation actuelle. Si depuis sa sortie de détention Monsieur Travis n’a commis aucun crime, s’il a un travail, une bonne situation et un logement, le juge pourrait dans un premier temps lui accordé une garde alternée. Bien évidemment, il y aura une enquête sociale et des visites au domicile de Monsieur seront effectuées afin de vérifier qu’il se comporte correctement avec ses enfants. Mais, il a l’autorité parentale et donc théoriquement, il a le droit d’obtenir leur garde. Expliqua Maître Richard.

    Non mais c’est pas incroyable !! Ce salaud peut me prendre les enfants !! Quel pourri jusqu’au bout. Je ne vais pas me laisser faire, oh que non. S’il croit cela, il me met le doigt dans l’œil !! Se cria-t-elle.

    - Pourtant, je suis légalement leur tutrice. Ajouta la jeune femme, en essayant de trouver une solution.

    - C’est pour cela que le juge demandera en premier lieu une garde alternée, comme c’est le cas pour des parents divorcés ou séparés. Sinon, il vous faut des preuves obtenues de manière légale qui prouverait que Monsieur Travis n’est pas en capacité d’élever ses enfants ou qu’il représente un danger pour eux. Annonça l’homme de loi.

    - D’accord. Pouvez-vous me représenter dans cette affaire ? Demanda-t-elle.

    - Bien entendu. Je vais rédiger un contrat, vous l’aurez dès demain. Répondit son interlocuteur.

    Après une poignée de main, le rendez-vous pris fin. Ils sortirent du cabinet. Madison était toujours aussi inquiète.

    - Je suis là et ce pourri ne gagnera pas, je peux te l’assurer. Je vais chercher des preuves et je les trouverais. Affirma Tom, en la serrant dans ses bras.

    - Merci. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Chuchota-t-elle, bouleversée par les nouvelles de la journée.

     

    Chapitre 22                                                                         Chapitre 24


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :